Le psychopéristaltisme, un bien précieux

Normalement, la gestion des émotions devrait être simple : je ressens une émotion, je l’exprime, et voilà. Le problème c’est que quand on vit en société ce n’est pas toujours possible. Il faut respecter un consensus pour que l’expression des émotions de l’un n’agresse pas l’autre. On est donc obligé de retenir ces émotions. Mais alors, pour en faire quoi ? Il faut bien que l’énergie de l’émotion s’évacue ou se transforme.

Heureusement nous disposons en nous d’un énorme digesteur d’émotions : notre ventre lui-même ! En effet – et c’est là l’un des plus grand apports à la thérapie corporelle moderne de Gerda Boyesen que d’avoir réétabli le concept de digestion émotionnelle en Occident – nos intestins ne servent pas qu’à digérer les aliments, mais également les émotions.

Alors, comment cela fonctionne ? Il m’est facile aujourd’hui de parler de ce sujet car le concept de ventre – deuxième cerveau est très à la mode en ce moment. En effet, depuis quelques années la relation entre notre système digestif – microbiote compris – et notre système nerveux et hormonal est clairement établie et très étudiée d’un point de vue scientifique.

Encore une fois, le savoir populaire illustre bien cette notion de digestion émotionnelle. On dit souvent d’un événement difficile que « ça nous reste sur l’estomac », qu’on « n’arrive pas à le digérer », que « ça nous laisse un nœud dans le ventre ». Même l’expression « comment allez-vous » est liée à ce concept, car il faut savoir qu’à l’origine le verbe « aller » est employé pour « aller à la selle ».

Lorsque que le système de digestion émotionnelle – que l’on appelle psychopéristaltisme – fonctionne bien, notre ventre se met à gargouiller. Lorsque le système est bloqué, notre système digestif dans son ensemble est perturbé et engendre constipation ou diarrhée.

Les mécanismes de cette digestion émotionnelle sont encore mal élucidés. Cependant on pense que le microbiote – toutes les bactéries présentes dans notre système digestif – est un acteur essentiel de ce système.

Les massages biodynamiques sont particulièrement efficaces pour rétablir le psychopéristaltisme. De plus, l’écoute du psychopéristaltisme par le thérapeute (qui utilise pour cela un stéthoscope posé sur le ventre de son patient) permet d’avoir un retour très fin sur l’efficience du massage pratiqué. Lors des premières séances, les patients sont souvent très étonnés de découvrir à quel point leur ventre réagit instantanément à une pression même légère sur le bras, la main, le pied, la nuque, par un gargouillis. Lorsque le système est profondément bloqué il peut être nécessaire d’être massé plus longuement pour obtenir un début de détente et de circulation dans le ventre.

Autre point remarquable : le stéthoscope étant branché sur un haut-parleur, le patient entend lui aussi les bruits de son ventre. Et en général il adore ça ! Non seulement il a un retour immédiat sur la réaction de son corps, mais le bruit du psychopéristaltisme a un effet relaxant souvent observé.

Enregistrer

Enregistrer

Cette page vous a intéressé ? Partagez !

Un Commentaire

  1. Je confirme, en tant que patiente, cet effet apaisant et surtout la satisfaction quand on entend un « nœud » qui se vide. Et l’effet apaisant fonctionne aussi sur les bébés qui assistent aux séances de leur maman 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *